Contexte

En Nouvelle-Calédonie, la compétence des droits des femmes est une compétence locale. Néanmoins, le volet régalien qui comprend notamment la politique pénale relève toujours de l’État.
Il existe une multiplicité de formes de violences faites aux femmes telles que verbales, économiques, administratives, psychologiques et physiques. Les violences peuvent être aussi sexistes et sexuelles (harcèlement, agressions sexuelles et viol).

Les conséquences sur la santé et l’emploi des femmes victimes de violences conjugales sont significatives : une probabilité deux fois plus élevée de connaître des problèmes de consommation d’alcool, de dépressions et de recourir à l’avortement. Elles ont une probabilité quatre fois et demi plus élevée de se suicider.

Données statistiques de la place de la femme dans la société calédonienne

Les violences conjugales demeurent un fléau en Nouvelle-Calédonie même s’il serait caricatural de dire que le phénomène ne concerne que les populations kanak.

En 2017 : la Calédonie bat des records nationaux

  • 49,6% de femmes
  • Une Calédonienne sur cinq a été physiquement agressée par son conjoint ou son ex-conjoint ce qui représente 19% des Calédoniennes contre seulement 2,3% des habitantes en Métropole.
  • La Nouvelle-Calédonie est la collectivité de l’Outre-mer ayant la plus grande proportion de femmes victimes de violences conjugales dans les 12 derniers mois.
  • 7,2% des Calédoniennes agressées sexuellement par leur conjoint => C’est 8 fois plus qu’en France métropolitaine, où ce taux s’élève à 0,8%.
  • 1 femme sur 4 a subi une agression physique ou sexuelle au moins une fois dans sa vie.
  • 1 jeune fille sur 8 qui atteint l’âge de 15 ans a été victime d’attouchements sexuels, de tentative de viol ou de viol.

Principales normes juridiques en Nouvelle-Calédonie

  • 2012 : Loi n° 2012-954 du 6 août 2012 relative au harcèlement sexuel
  • 2013 : Modification de la procédure d’indemnisation des victimes de violences de statut civil coutumier
  • 2014 : Interdiction du harcèlement sexuel et moral dans la fonction publique
  • 2017 : Création du conseil calédonien de la famille
  • 2018 : -Loi du 3 août 2018 renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes

Nos propositions :

Faire de l’égalité hommes/femmes ainsi que la lutte contre les violences faites aux femmes une grande cause territoriale de la mandature, notamment en :

  • Renforçant les dispositifs d’accueil et d’accompagnement pour les victimes de violences conjugales.
  • Imposant l’égalité salariale entre les hommes et les femmes et valoriser les entreprises exemplaires.

Vous ne pouvez pas voter parce que vous êtes un invité, connectez vous ou inscrivez vous.

Favoriser l’égalité hommes/femmes